mots des jours gris

22 mars 2018

J’ai un faible pour les ciels gris.
Depuis quelques années ça me réjouit.
(J’ai tellement gagné à ne plus me laisser embobiner par l’idée ordinaire que le gris et la pluie (nécessaire) sont « moches ».)

Ces journées ne m’ennuient pas, au contraire. Imprévisibles, elles ont un charme empli de solitude, réflexions, pensées, laissant pénétrer une langueur dans le théâtre intérieur.

Je pense…
canapé
thé
sieste
livre
chocolat chaud
odeur de gâteau
carnet
notes
évasion
projets (de voyages)
idées
bougie
regard intérieur

Et parfois dans le cinéma interne je me retrouve en Asie. Le bruit de la pluie ça me rappelle l’Amant, la mousson, la peau moite, chez moi… Troublant.
Ces heures ne sont pas dénuées de charme et sensualité.

L’horloge semble en pause ou au ralenti. J’ai l’impression qu’elle invite à la non obligation.
Je crois avoir envie de ne rien faire mais de ces journées démarrent bien des aspirations.

Dire « il ne fait pas beau » c’est un peu passer à côté de la réjouissance du luxe de ne rien programmer et de tout démarrer.

Voir ainsi rend plus fort/e.
Il est majeur de ne pas se laisser affecter par si peu parce que chaque moment compte et on se doit de ne pas le perdre.
Essaie et tu auras le soleil dans le cœur comme quand t’avais 15 ans et une amourette dans la tête (souviens toi qu’à ce moment là tu te foutais bien de la couleur du ciel et des nuages).

Tu pourrais aussi aimer...

0 commentaire

Un petit truc à dire?

error: Content is protected !!